Derniers sujets






La Magnavox Odyssey a 40 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Magnavox Odyssey a 40 ans

Message  Zepalkia le Dim 26 Aoû - 11:40

Bon, et bien après mes 2 mois vacances je me suis dit que ça serais pas mal de me remettre au boulot sérieusement :roll :
J'ai déjà toute une liste de sujets divers et variés qui ont germé durant ces quelques semaines de vacances donc j'ai encore de la matière pour un moment ; et cette semaine, pour le rtour de ce dossier, je me suis dit que revenir encore une fois à la naissance du jeu vidéo pourrait être intéressant, d'autant plus que la console dont je vais vous parler a exactement 40 ans durant ce mois d'août puisque c'est en août 1972 qu'est sortie la première console de jeu vidéo de l'histoire, ouvrant donc la première génération de l'industrie vidéoludique, j'ai nommé la Magnavox Odyssey.



Un peu d'histoire

C'est donc la firme américaine Magnavox qui a créé cette toute première console de jeu à l'aspect... plutôt rudimentaire. C'est d'ailleurs Ralph Baer lui même, le patron de la boite Magnavox et « inventeur du Jeu Vidéo » (oui rien que ça, c'est un Dieu cet homme =D), qui a lancé et travaillé sur ce projet qui aura nécessité deux ans de travail pour parvenir à créer cette « boite brune » (le nom qui lui a été donné au début).

Et se nom convient assez puisque l'Odyssey est en effet plus une boite qu'autre chose, c'est presque à se demander ce qu'il y a dedans. En effet, qui dit première console, et qui dit années 70 et sa technologie limitée par rapport à maintenant (ça avance vite hein, regardez où on en est 40 ans après ), dit une console ne comportant aucune mémoire, pas de trace de microprocesseur, pas de possibilité d'utiliser autre chose que ce qui est fourni avec (donc pas de cartouches de jeux produites par un tiers), ne fonctionne, pour la première version, qu'avec des piles (si si) et pour tout graphismes trois petits carré noir-blancs. Pas de processeur sonore à proprement parlé non plus, on se contente de quelques « bip » et c'est tout.
Et oui c'est peu, mais rappelez vous que c'est tout de même sorti presque 3 ans avant la console Pong d'Atari qui n'était pas vraiment capable de mieux... alors il ne fallait pas s'attendre à des miracles.
Ha oui parce qu'il faut aussi préciser que les jeux de cette console font au maximum 3 Octets, donc pour qu'un jeu complet tienne sur 3 Octets il faut vraiment se passer de tout le superflu, pas de compteurs de score non plus donc ou rien d'autre que le jeu, totalement épuré. Mais chez Magnavox on a été malin et la console n'est pas vendue tel quel, elle a eu le droit à pas mal d'accessoires pour étayer au maximum le plaisir de jeu et tout avait été vendu dans la boite avec la console et ses manettes.

On retrouve donc, comme plus tard sur la Vectrex, une série d'overlays en plastique à coller directement sur son téleviseur pour rajouter des graphismes (en couleur) au jeu pour le rendre plus attrayant.


Et, toujours vendu avec, tout un tas de bazar comme des pièces en plastiques ou des fiches en papiers destinées à compter les scores que l'on réalise en jeu puisque la console ne le faisait pas ainsi que des scotchs pour faire tenir les calques transparents ou pour y rajouter des éléments.

Oui ça fait rêver hein ? Mais il ne faut pas oublier le concept génial de cet objet sur lequel je reviendrai pas la suite, il s'agit tout simplement de la première console, donc du tout premier objet à n'avoir jamais existé et permettant de transformer son poste de télévision en appareil ludique et directement influençable.
Parmi tout ce fouillis était également vendu cet objet, l’ancêtre du désormais très connu NES Zapper Gun, le Shooting Gallery, une carabine en plastique qui, branchée à la console, détectait la lumière à l'écran et permettait de savoir si on avait visé correctement un des points blancs, pour l'époque c'est encore une invention révolutionnaire et qui va donner des idées à nombreux autres constructeurs donnant naissances à pléthores d'autres armes factice de ce genre pour consoles.


Tous les jeux de la consoles, exceptés ceux utilisant cet objet, étaient jouables avec les manettes fournies de bases avec la consoles, celles-ci aussi étaient très rudimentaires, deux molettes sur les côtés et un gros bouton « start/reset » au centre.


Encore un détail, je vous avais dit dans un article précédent que la première consoles à cartouches programmables et interchangeables de salon était la Fairchild Channel F, pourtant l'Odyssey aussi utilisait un système de cartouches, les premières de l'Histoire également, même si ce n'est justement pas vraiment des cartouches comme on l'entend.
Ici, pas de système électrique ou de contenu programmables, les jeux étaient pour ainsi dire dans la console et les contacts en métal des cartouches activaient certaines circuits de la console, affichant des objets différents à l'écran.
Mine de rien, il fallait y penser, et inventer un système pareil était réellement un coup de génie, cette console ne se basant en effet sur absolument aucun contenu programmable, tout est mécanique en quelque sorte.



Le concept et sont succès


Je n'ai jamais eu pour le moment le plaisir de posséder cet objet, même si j'ai pu déjà l'essayer pour voir ce que cet objet a dans le ventre, et c'est réellement un objet surprenant si on tient compte du contexte dans lequel cet objet est apparu et même si c'est plutôt inhabituel de jouer avec ces manettes étranges. Cet objet à l'aspect si rudimentaire ne présentant que des « jeux » qu'aujourd'hui la majorité du public trouverait totalement inutiles voir idiot a permis la création du jeu vidéo et de le distribuer à tous le monde.
Tout le monde pouvait avoir chez soi son Odyssey, ses jeux divers et variés qui, même si très rudimentaires, pouvaient réellement être amusant, même sans le système de scoring (qui est manuel je vous le rappel), c'est la première fois dans l'Histoire que l'on peut jouer à un jeu de tennis sur son téléviseur quand on veut et avec qui on veut.

Malgré le concept et les inventions toutes plus géniales les unes que les autres qui construisent cet appareil, son prix de base de 99$ et un malentendu lors de la vente (on pouvait croire que seules les TV créées par Magnavox étaient compatibles, il a fallu faire un erratum sur les boites des consoles pour le démentir) a un peu réduit la portée de la machine dans un monde où le jeu vidéo était à des années-lumières de prendre une place aussi importante qu'aujourd'hui.
L'intérêt n'était pas très élevé mais la console c'est tout de même relativement bien écoulée pour l'époque et a donné le feu vert à de nombreuses autres firmes, dont Nintendo qui a été le revendeur de l'Odyssey sur territoire japonais, avant de commencer à créer ses propres consoles.
Au final, ce n'est pas la vente de la console qui a rapporté de l'argent à Magnavox mais plus les royalties réclamées aux autres compagnies de jeu vidéo qui ont « profité de la paternité » de l'Odyssey pour ouvrir le marché vidéoludique.
Ces Royalties s'élèveraient, selon Wikipédia, à environ 100 millions de dollars jusqu'à la fin des brevets !

Autrement dit c'est plus les combats juridiques qui ont amenés de l'argent que la console en elle même, mais ces combats juridiques ont permis de donner des idées à d'autres personnes qui seront recyclées dans les futures consoles que l'ont connait mieux aujourd'hui. Pour ce qui est de l'Odyssey, à mon sens elle a surtout été un concept révolutionnaire qu'une machine réellement à succès, le monde du jeu vidéo n'étant en effet pas vraiment pris au sérieux à l'époque, cette console est la pionnière de cette industrie en quelque sorte.

L'Odyssey2 et sa fin


Quelques années plus tard, le danger que représentent les autres compagnies et leurs consoles (principalement l'arrivée de la future best-seller vidéoludique Atari 2600) va contraindre Magnavox à tenter de répondre à cette concurence.
C'est ainsi que naîtra une console que, cette fois-ci, j'ai la chance de posséder avec un très large catalogue de jeux qui étaient programmables (comme l'Atari 2600 donc) à savoir L'Odyssey2, connue en France et en Suisse (en tout cas) sous le nom de Videopac Computer G7000.

Je ne vais pas vous parler de cette console aujourd'hui parce qu'il y a beaucoup à dire, notamment dans son combat avec l'Atari 2600, je vous en parlerai très certainement dans un prochain article soyez-en sur si cela vous intéresse :roll :

En très résumé, imaginez l'Odyssey comme la première console de salon de l'histoire, qui ne possédait pas de jeu programmables mais tous "intégrés à la consoles" sous forme purement mécanique qui n'affichaient que quelques carrés blancs à l'écran mais qui pouvaient être enjolivé par des outils supplémentaires; elle est à la base de tout ce qui a pu se faire après et a lancé l'industrie du jeu vidéo même si le succès de cette industrie ne viendra que plus tard, à partir de la bien plus connue Atari 2600.

En attendant, cette console n'aura pas le succès escompté et Magnavox s'arrêtera là dans le marché du Jeu Vidéo ce qui est assez dommage lorsque l'on voit ce qui est sorti de leurs ateliers.
Aujourd'hui, 40 ans après, si on se souvient de l'Atari 2600 ou de Pong, l 'Odyssey fait partie de ces consoles qui ont sombré dans l'oubli alors que leur influence sur le jeu vidéo fût on ne peut plus important.

_________________







Zepalkia
Admin
Admin

Avertissement : aucun avertissement
Messages : 883
Date d'inscription : 23/12/2009
Age : 24

http://sos-internautes.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum